top of page
  • Photo du rédacteurOdelpa

La lutte contre l'homophobie en Haïti : un défi majeur pour la communauté des LGBTI+

Dans la société haïtienne, l'homophobie c'est-à-dire la peur des homosexuels, constitue un véritable problème pour la communauté LGBTI+ (lesbiennes, gays, bisexuels, transgenres, intersexuées et plus). Des propos stigmatisants et discriminants pleuvent à leur encontre de part et d’autre. Cette catégorie minoritaire fait souvent l'objet de bastonnade pour leur orientation sexuelle ou est pointée du doigt comme étant responsable de différentes catastrophes naturelles enregistrées durant ces dernières décennies dans le pays.



Du milieu familial au milieu social, les LGBTI+ font en permanence l'objet de critiques, de rejets et mêmes de violences physiques. «Certaines personnes pensent parce qu'elles sont des hétérosexuels, cela leur donne le droit de frapper des homosexuels. Récemment, à la première avenue Bolosse, un couple homosexuel a été victime de violences physiques. Des gens ont fait irruption chez ces derniers puis les ont durement frappé à coups de machette. Heureusement, le couple homosexuel s’en est sorti de manière in extremis. Ces HSH ont été gravement blessés. On dénombre bien des cas similaires à celui-ci », déplore Johnny Clergé, président du comité national de plaidoyer des populations clés et d'une organisation appelée " Arc en ciel".


Kouraj à travers ses actions


Fondée en 2011 par Chalot Jeudy, « Kouraj » est une association qui se donne pour mission de défendre les droits des LGBTI+ trop souvent victimes de leur transidentité. De pareille situation constitue une violation des droits de la personne humaine et entraîne des conséquences graves sur la santé physique et mentale des victimes. Face à cela, Kouraj, cette institution de défense, offre plusieurs services à la communauté.


« L’un des domaines d’activité de Kouraj est le plaidoyer. Fort souvent, nous sommes obligés d’accompagner la communauté lorsqu’elle est victime d’homophobie. On intervient à plusieurs niveaux, tout dépend de la façon dont elle est manifestée. Nous offrons un accompagnement juridique aux LGBTI victimes d’agression physique grâce aux partenariats avec des organisations comme le BDHH, le BDAI entre autres », a fait savoir Mme Hétéra Estimphil, présidente de l'association.


La transgenre rappelle que si l’homophobie s’est manifestée de façon verbale ou psychologique, « Kouraj » apporte une aide psychologique pour aider la victime à garder son estime de soi.


De sa création jusqu’à date, Kouraj ne cesse de déployer des efforts en vue de supporter la communauté LGBTI+. Mise à part le domaine du plaidoyer, elle intervient dans trois autres secteurs à savoir : la santé, la mobilisation communautaire et le réseautage. Dans le cadre de la lutte contre l’homophobie en Haïti, des formations sur le genre et l’orientation sexuelle, sur les droits humains particulièrement ceux des LGBTI+, des services de dépistage communautaire, des consultations médicales figurent toujours dans l'agenda de l’institution de droits humains.


Dans le temps, la communauté LGBTI+ était considérée comme des malades mentaux, des gens qui ont perdu toute lucidité. Ce n'est qu’en 1990, que l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) a dissocié l'homosexualité de la démence et du même coup, la communauté a adopté une journée contre l'homophobie dans le monde. Une grande victoire pour cette dernière. En Haïti, malgré les différents efforts déjà consentis, cette communauté est encore noyée par des critiques négatives, leurs droits sont bafoués au quotidien. Face à cet état de fait, nombreuses sont les organisations comme KOURAJ qui luttent pour le respect des droits et l’intégration totale des LGBTI+. Cependant, la route menant à cette quête est encore longue.


Esperancia Jean Noël


23 vues0 commentaire
bottom of page