top of page
  • Photo du rédacteurOdelpa

L'Observatoire garde le cap sur les services consacrés aux PVVIH et aux populations clés

L'année 2024 démarre en trombe. Malgré vents et marées l'Observatoire communautaire des services VIH (OCSEVIH) continue son plaidoyer pour un meilleur service sans discrimination ni stigmatisation aux Personnes Vivant avec le VIH (PVVIH). En trois ans d'activités intenses sur le terrain, les résultats enregistrés ont fini par donner aujourd'hui à l'OCSEVIH une certaine notoriété dans la lutte contre le VIH. Les partenaires et organisations de PVVIH et de populations clés (PC) s'accordent tous à affirmer que cet outil vient renforcer cette lutte. Toutefois, la situation sécuritaire à laquelle fait face le pays donne un sérieux coup à l'élan de cette structure, notamment au travail des coordonnateurs et des moniteurs, dans la collecte de données. Ces obstacles viennent s'ajouter aux défis déjà existant avec les prestataires de services qui, souvent, refusent de s'ouvrir aux renseignements pour faciliter toute collecte de données.

Un grand défi à relever


En ce nouvel an qui vient de s'ouvrir, la stigmatisation demeure un défi majeur pour les efforts de prévention dans les programmes liés au VIH. L'ampleur de la stigmatisation et de la discrimination dont sont victimes les PVVIH et les PC constitue le facteur le plus en relief dans la prise en charge des personnes qui mènent une vie positive dans notre société.

Les résultats de l'enquête, EMMEUS VI publiée en 2018, avaient révélé que 38.8% de la population ne souhaiteraient jamais s'afficher avec un PVVIH bien que l'information sur le VIH soit répandue largement dans la population. Notons que plus de 7 adultes sur 10 (74.3%) ont déclaré qu'ils n'achèteraient pas des légumes frais d'un commerçant ou d'un vendeur VIH positif et 70.5% et 72.7% ont respectivement déclaré qu'elle n'utiliserait pas les mêmes toilettes et les mêmes ustensiles de cuisine avec un PVVIH. Près de sept personnes adultes sur 10 (67.4%) ont déclaré qu'ils n'embaucheraient pas un PVVIH.

Aujourd'hui, ces chiffres montrent combien est important le travail de l'Observatoire communautaire des services de VIH (OCSEVIH) pour inverser la tendance et changer les mentalités. Cependant, l'accès à l'information dans les sites de service reste un défi majeur pour les coordonnateurs et les moniteurs de terrain impliqués dans la collecte des données pour combattre la discrimination et la stigmatisation dans les services aux PVVIH.


Plus que jamais, cette lutte reste encore ouverte et demande plus de détermination des acteurs sur le terrain pour enrayer cette pratique. Tout compte fait, notre Newsletter continue de faire écho des activités de Plaidoyer de l'OCSEVIH qui a enregistré, en très peu d'années, des résultats jugés satisfaisants des partenaires et des organisations de PVVIH elles-mêmes.


Pour le numéro du mois de Janvier 2024, la rédaction donne la parole aux partenaires pour témoigner de l'efficacité de ce nouvel outil dont l'existence remonte à l'année 2020.


Bonne Lecture !


0 commentaire

Comments


bottom of page