top of page
  • Photo du rédacteurOdelpa

Importance de l'OCSEVIH dans la collecte des données dans les sites de prise en charge des PVVIH

Le lancement officiel du programme Community-led monitoring (CLM) a eu lieu en Haïti, le 10 décembre 2020. Le projet administré par l'Observatoire Communautaire des Services VIH (OCSEVIH) du Forum de la Société Civile, un programme initié en 2020 a pour but de surveiller les services de soins prodigués aux personnes vivant avec le VIH et les Populations Clés. Cet organe se donne pour objectifs de recueillir et d'analyser systématiquement des données qualitatives et quantitatives liées à la mise en œuvre des services liés au VIH. L'OCSEVIH a également pour mission de mettre en place un retour d'expérience rapide à destination des directeurs de programmes et des décideurs en matière de santé. Les données du CLM prennent en compte le fonctionnement des sites de prise en charge tout en suggérant des actions ciblées en vue de meilleurs résultats.


" Cet organe, financé par l'Agence américaine pour le développement international (USAID) et le Fonds Mondial, revêt d'une importance capitale dans la collecte des données pour lutter efficacement contre le VIH. Il permet d'améliorer les services de soins prodigués aux PVVIH. Aussi, il représente les yeux et les oreilles des responsables de réseaux, des bailleurs et du Programme national de lutte contre le Sida (PNLS). En outre, il sert d'outil de plaidoyer pour la société civile ", reconnait le coordonnateur adjoint au CLM Gérald Marie Alfred.


Quelle procédure adoptée pour la collecte des données dans les sites de prise en charge ?

" Pour réaliser une visite de terrain, on répertorie les sites ayant un nombre important de patients et l'échantillonnage des patients interviewés dépend de ce nombre qui peut atteindre 50 personnes. D'abord, il faut s'assurer qu'on ait une lettre émanant du Programme national de lutte contre le sida (PNLS) nous autorisant à monitorer les sites de prise en charge. Puis, on adresse un courriel aux responsables du site pour leur annoncer la visite de nos moniteurs et coordonnateurs. En dernier lieu, le coordonnateur a aussi pour devoir d'appeler le responsable de site au téléphone en plus du courriel qui lui a été envoyé. Lors de la visite, ces derniers doivent avoir en leur possession la lettre du PNLS et la copie du courriel envoyées au responsable du site ", a expliqué le coordonnateur adjoint au CLM.


Selon les informations fournies par M. Alfred, arrivé sur les lieux, le coordonnateur fait une interview avec le responsable du site, avec l'infirmière de soins ou le travailleur social selon la disponibilité de chacun. Cette collecte de données se porte sur le fonctionnement du site par rapport à la qualité de soins offerts aux PVVIH, les intrants et les matériels mis à leur disposition pour effectuer leur travail convenablement. La personne responsable prend aussi en compte l'état actuel du bâtiment et l'organisation des services.

Dans Chaque département géographique du pays est affecté un coordonnateur et un nombre de moniteurs dépendant de la quantité de sites se trouvant dans ledit département. Le monitorage des sites est effectué selon le calendrier qui a été soumis par le responsable technique à l'équipe de collecte de données.


Que faire avec les données collectées ?


" Après la collecte des données, premièrement, on analyse et interprète les informations collectées, on crée des rapports montrant les résultats par établissement visité et consolider les données en informations au niveau national. Deuxièmement, l'équipe de plaidoyer et les coordinateurs présentent ces informations aux décideurs au niveau des cliniques (visites de solutions), des districts, au niveau national et international, ainsi que les bailleurs. Troisièmement, l'équipe organise des réunions pour présenter les données aux différentes parties prenantes et partenaires. Elle s'engage dans des événements publics et établit des stratégies de communication pour faire connaître les résultats. Quatrièmement, on fait le monitoring de l'implémentation des changements promis, c'est-à-dire la mise en œuvre des engagements des décideurs à tous les niveaux. Bref, on détermine si ces engagements ont l'effet escompté " a énuméré M. Alfred.

Structure de l'Observatoire Communautaire des Services VIH (OCSEVIH)

L'Observatoire est composé d'un Comité directeur de trois membres. Ce sont : l'Organisation de Développement et lutte contre la Pauvreté (ODELPA) jouant le rôle de porteur du projet au nom de la Société civile ; O'Neill Institute/HealthGap et Housing Works qui constituent le bras technique ; le groupe consultatif communautaire composé de treize (13) organisations de la Société civile.


Il faut aussi souligner que les coordonnateurs et les moniteurs ont pour obligation de visiter les sites de prise en charge.


Les efforts déployés par l'OCSEVIH dans la lutte visant à prodiguer des soins de qualité aux personnes vivant avec le VIH et les Populations Clés ont aussi des limites. Comme force de pression utilisant le plaidoyer pour défendre des droits humains, toutefois, cet outil ne fait pas le poids de force contraignante. Force est de constater que dans la pratique, certaines actions à poser ne relèvent pas de son champ. En ce sens, ne revient-il pas aux autorités publiques et d'autres organisations de répondre à leurs obligations ?


Esperancia Jean Noël


0 commentaire

Comments


bottom of page