top of page
  • Photo du rédacteurOdelpa

A La découverte de l'ACESH, membre de l'OCSEVIH


Le secteur LGBTI (lesbienne, gay, bisexuelle, transgenre et intersexe) fait l'objet de de stigmatisation et de discrimination de tout genre en raison de l'orientation sexuelle de ses adhérents. Certains membres de ce groupe subissent également des actes de violences physiques et verbales allant jusqu'à l'expulsion au sein de leurs propres familles. Cette forme d'exclusion est malheureusement remarquée même dans les centres de santé pendant les prestations de services, ce qui limite énormément l'accès aux soins aux personnes vivant avec le VIH (PVVIH) particulièrement. Ces inégalités renforcent la vulnérabilité de ce secteur qui, pourtant, constitue une catégorie importante au sein de la population clé dans la lutte contre le VIH. Consciente de la situation, l'Association Action Citoyenne pour l'Égalité Sociale (ACESH), se lance dans un plaidoyer permanent pour une société plus juste et plus équilibrée. Pour l'Edition du mois de Novembre, notre newsletter reçoit Gerald Marie ALFRED, Président du Comité exécutif de cette association. Notre invité répond aux questions de Marc-Kerley FONTAL.

Attitude Santé (AS): Gerald Marie ALFRED, L'Action Citoyenne pour l'Égalité Sociale (ACESH), c'est quoi?


Gerald Marie ALFRED (GMA) : L'Action Citoyenne pour l'Égalité Sociale en Haïti (ACESH) est une organisation dont le but est de contribuer à l'amélioration de la qualité de vie de la communauté LGBTI à travers des stratégies de plaidoyer visant à sensibiliser les différentes composantes de la société Haïtienne.


Nous sommes une organisation engagée dans la lutte contre toute forme de discrimination et de stigmatisation basée sur l'orientation sexuelle et l'identité de genre et le statut sérologique. Nous nous sommes donnés comme mission de faire respecter la dignité des personnes homosexuelles, bisexuelles, Transgenres, intersexes et PVVIH à travers un ensemble d'activités publiques en faveur des droits de ces communautés dans le cadre et dans l'éthique des luttes liées à la promotion des droits humains et des libertés fondamentales.


AS: Pouvez-vous nous expliquer le contexte dans lequel l'ACESH a pris naissance?


GMA : Après le séisme de 2010 qui a mis à jour les grandes vulnérabilités et la précarité de la communauté LGBTI, on a assisté à l'émergence d'un mouvement en faveur des droits de cette catégorie grâce aux efforts conjugués de certains groupes tels que KOURAJ - Pou Pwoteje Dwa Moun - et la Fondation Sérovie. Aujourd'hui presqu'une dizaine de groupes et d'organisations sont recensés dans ce mouvement. Si la dynamique de protection des LGBTI a commencé à s'établir, elle reste fragile, isolée et très divisée. De plus, ces groupes sont non seulement en perpétuelle rivalité mais aussi accusent des faiblesses énormes alors que l'homophobie commence à regagner du terrain si l'on se réfère au tollé du festival Massi-mardi qui a occupé les esprits pendant plus de deux mois dans la presse. C'est dans ce climat d'incertitude relatif au respect des droits des personnes LGBTI et personnes PVVIH qu'a vu le jour l'Action Citoyenne pour l'Égalité Sociale(ACESH) en Haïti le 17 Mai 2016 dont le but est de contribuer à l'amélioration de la qualité de vie de la communauté LGBTI et PVVIH à travers des stratégies de plaidoyer visant à sensibiliser les différentes composantes de la société Haïtienne.


AS: Depuis votre création à ce jour, est ce que le mouvement a évolué?


GMA: Pour parler d'évolution on peut considérer multiples aspects. Nous sommes une organisation LGBTI et PVVIH de référence au niveau d'Haïti, un partenaire premium de la FOSREF - Fondation Serovie - Georgetown University - Housing Works - Programme national de Lutte contre le VIH (PNLS). Nous sommes membres du conseil d'Administration de CVC de la Jamaïque (Caribbean Vulnérable Communities. On représente les communautés LGBT/PVVIH d'Haïti dans les grandes conférences internationales, au COUNTRY OPERATIONAL PLAN de PEPFAR(COP) en vue de guider les décisions relatives à la communauté LGBTI/PVVIH d'HAITI. Actuellement, on compte un siège social à Dessalines. Une branche à Desdunes (La maison du Bonheur) et un mini bureau à Saint Marc et prochainement, un centre d'hébergement et une clinique à Dessalines avec la FOSREF.


AS: Quand vous parlez de réalisations de l'ACESH M. ALFRED, vous faites référence à quoi exactement et quels sont vos objectifs?


GMA: En termes d'objectif, nous menons une campagne de plaidoyer visant à modifier les politiques, les pratiques et les mentalités visant à déshumaniser les personnes LGBTI et PVVIH. Ce travail de plaidoyer se traduit par : des activités publiques conçues pour attirer l'attention des médias, comme des mobilisations éclair (flashmobs), des manifestations ou des défilés ;forger des alliances avec des organisations alliées, des activités non publiques telles que des rencontres avec des personnalités politiques, des ateliers et des formations à l'intention des décideurs de premier plan et des responsables des communautés ; un travail de pression lors des forums internationaux ; un travail de campagne de grande ampleur à travers l'écriture de lettres, les réseaux sociaux ou des réunions publiques. Nous travaillons pour faire évoluer les mentalités, à influencer la couverture médiatique, à réformer les politiques gouvernementales et les pratiques en matière de santé publique, à sensibiliser les enseignants ou à convaincre les fondamentalistes religieux.


Nous sommes aussi engagés dans la prévention du VIH/SIDA, le dépistage et l'accompagnement psycho-social des personnes LGBTI séropositives. Nous faisons aussi la formation pour nos pairs éducateurs et l'accompagnement juridico-légal pour les survivants de violences. Nous intervenons au niveau de l'Artibonite, du Nord et du Nord-Ouest.


Le travail que fait l'association au sein de cette communauté en termes d'assistance est nombreux. Ce sont des activités génératrices de revenus (AGR), supportpour le logement, support agricole, support psycho-social pour les personnes LGBTI/PVVIH. Nous faisons également des séances de formation sur les Droits humains, VIH/IST, COVID, des dépistages communautaires et on apporte aussi une assistance technique à d'autres organisations de base au niveau de l'Artibonite.


AS: Après toutes ces réalisations, est ce que le Feedback est positif pour l'ACESH M. Alfred? Comment est le bilan ?


GMA: Ah, en termes de bilan pour l'ACESH, on peut dire que près de 150 personnes PVVIH sont enrôlées au centre de la FOSREF de Saint Marc et la Clinique H. Bastien de la Fondation Sérovie des Gonaïves par nos activités de dépistage communautaire. 22 personnes personnes PVVIH/LGBTI ont bénéficié de nos activités génératrices de revenus. 15 personnes LGBTI/PVVIH ont bénéficié de notre support agricole en termes d'engrais. On a un siège social et deux branches (Desdunes et Saint Marc). On aide à définir les politiques et stratégies de santé non-discriminatoires en Haïti relatives aux personnes LGBTI/PVVIH. Plus de 10000 personnes sensibilisées au VIH, plus de 2000 tests de dépistage communautaires, 1000 personnes sensibilisées au droits Humains, 10000 autres sensibilisées sur la COVID-19...


Sans oublier, le projet CDC PDEPFAR avec FOSREF, le projet ECP2 avec la Fondation Serovie et l'Observatoire des services VIH en Haïti.


AS: Merci d'avoir répondu à notre invitation M. ALFRED.


GMA: Tout le plaisir a été pour moi.


Marc-Kerley Fontal

marckerleyfontal@gmail.com



9 vues0 commentaire
bottom of page